Rudy2's Multilingual Blog

Just another WordPress.com weblog

INTERNEMENTS ABUSIFS…PARANOÏA SECURITAIRE

leave a comment »

Internements abusifs:
La France victime d’une paranoïa sécuritaire

Qu’ont en commun un avocat qui refuse de se laisser fouiller à la sortie d’un magasin, une manifestante un peu trop vindicative, ou encore cet homme qui a la fâcheuse habitude de s’exercer au violon un peu trop tard dans la soirée? L’hospitalisation d’office (HO).
Internés contre leur gré et sans le consentement d’un proche, ils ont eu un mal fou pour retrouver leur liberté. Et pourtant, ils ont été reconnus victimes d’internement abusif. A l’heure où la question « Que faire de nos fous? » est sur toutes les lèvres, une autre mérite tout autant d’être posée. Comment des personnes saines d’esprit peuvent-elles finir en hôpital psychiatrique, quand ceux qui devraient y être sont dans nos rues? Qui fixe les frontières de la raison?




La France a cette particularité que l’internement y est administratif et non judiciaire. En clair, c’est le seul cas de figure dans lequel un individu peut se voir privé de liberté sans débat contradictoire. « La justice n’intervient que quand le mal est fait. Encore faut-il que la personne internée connaisse ses droits et sache comment la saisir. » s’indigne André Bitton. Le président du Groupement Information Asiles (GIA) sait de quoi il parle. Son association, uniquement composée d’anciens patients, est à l’origine de la plus grande partie de la jurisprudence en la matière. S’il fallut attendre l’action du GIA c’est pour une raison bien précise.
Maître Raphaël Mayet l’explique. « En six ans de formation, je n’ai suivi que six heures de formation sur les privations de libertés abusives. Le peu d’avocats français spécialisés en la question se sont formés sur le tas. Aucune formation n’est dispensée en France. Quand même les avocats ne sont sûrs des droits de leurs clients, quel espoir de se défendre a une personne hébétée par les médicaments qu’on lui force à prendre? » interroge l’avocat.
Se défendre. Prouver que l’on est saint d’esprit. Comment faire lorsque la folie n’est pas clairement définit? ” C’est une tyrannie technocratique. Le moindre excès de colère est pris pour un signe de démence. Dès qu’on est emmené devant un psychiatre, il en déduit forcément qu’il y a une raison à cela. Il ne peut pas imaginer un seul instant que si on a été conduit devant lui, c’est par erreur. Et c’est là que tout commence.” s’insurge André Bitton.
 
 
 
 
 
 

 

Aussi difficile d’en sortir qu’il est simple d’y entrer.
En témoigne l’histoire de cette sociologue, Mme Stark, qui a eu la chance d’avoir une assurance médicale suisse. Voisine d’un couple de retraités, ces derniers se plaignent régulièrement de nuisances sonores auprès de la police. Les plaintes continuent jusqu’au jour où la police vient procéder à l’arrestation de Mme Stark et sa fille Iasna à leur domicile. Conduites à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris (voir l’article consacré à l’infirmerie), elles sont entendues par un médecin. Le lendemain la fille est libérée et sa mère conduite à Sainte-Anne.
Quelles solutions?
Changer l’institution, même de l’intérieur semble inconcevable. En témoigne l’exemple du docteur Paresys. Chef du service psychiatrie de l’EPSM des Flandres à Bailleul pendant 15 ans, l’administration a décidé de ne pas le reconduire à son poste. Désigné par ses collègues comme la première victime de la loi Bachelot, il lui est reproché d’avoir douté des voies contables.     Steeve Aubert

« C’est le refus d’une psychiatrie asilaire qui lui a valu cette décision. Les patients, leurs familles, toute l’équipe, tout le monde peut en témoigner, c’est un chef de service intègre. » témoigne le docteur Ouldamar, membre de son équipe depuis 12 ans. Alors que faire? Le docteur Jean-Pierre Martin propose la voie de la psychiatrie de proximité. L’auteur de Psychiatrie dans la ville propose un modèle similaire à celui adopté par l’Italie.

Nos voisins ont en effet décidé d’en finir avec leur hôpitaux psychiatriques il y a déjà plus de 30 ans. A la place, une approche plus humaine de la pratique psychiatrique. « Un établissement publique de santé par secteur doté d’un budget propre. Un accueil 24 heures sur 24. Des soins uniquement consentis par le patient après un premier contact, une première évaluation humaine. La fermeture progressive des hôpitaux psychiatriques encadrée par une loi et de façon démocratique. C’est à mon sens la seule façon de rendre un visage humain à cette pratique qui est indispensable d’un point de vue sociologique. » propose le psychiatre.

« Une fois pris au piège, l’administration est peu regardante. Si vous êtes là, c’est bien qu’il y a une raison à ça. » Sa fille aura beau faire appel à un avocat, la mère y passera 45 jours sous neuroleptiques. Elle finira par être transférée en observation dans une clinique helvétique grâce à son assurance. Deux jours après son admission elle sera libre. Plus tard, les voisins accusateurs seront à leur tour expertisés par des psychiatres. Ils seront jugés  “délirants” et souffrant de manie de persécution…

Les failles administratives qui permettent ce genre d’erreurs sont dénoncées par certains psychiatres eux-mêmes. L’union syndicale de la psychiatrie (USP) dénonce ainsi une « paranoïa sécuritaire » dans un communiqué daté du 3 février 2010. L’USP pointe du doigt une circulaire du 11 janvier 2010 ayant pour objet les modalités d’application des HO et des sorties d’essais.      « Cette pratique n’est pas conforme aux exigences démocratiques : il s’agit toujours de mettre en insécurité les droits de l’homme et, pour ce qui nous concerne ici, de l’homme supposé malade mental. »

La circulaire prévoit un délai de 4 à 5 jours avant l’obtention par le patient de l’autorisation de sortie d’essai. Actuellement de 72h, ce délai est déjà en contradiction avec le principe énoncé par la Loi de 1990, qui dit « il est statué sans délai ». L’USP constate aussi qu’il n’est pas prévu de délai maximum, ni que les mesures d’entrée en hospitalisation d’office fassent l’objet d’une même vigilance, par exemple pour la qualité du certificat médical. Ce certificat médical est d’ailleurs le seul élément permettant de reconnaître un internement abusif aux yeux de la Loi.

Autant il est difficile de sortir d’un hôpital psychiatrique, une fois dehors la meilleure chose à faire reste encore de tourner la page. « Il est impossible de prouver que notre client était sain d’esprit avant d’être interné. Comment s’y prendre? Si vraiment le client veut attaquer l’hôpital pour internement abusif, il n’y a qu’une seule façon de s’y prendre. Si le certificat médical est faux ou rédigé par un médecin qui n’a eu aucun contact avec le patient, il est possible de faire reconnaître le statut de victime. Ces cas de figure se présentent bien plus souvent qu’on pourrait le penser. Malheureusement, cette victoire juridique n’efface en rien les soupçons pesant sur la santé mentale du client. » pondère maître Mayet.


Boomeranginfo 2010

http://boomeranginfo.org/Internements.aspx

LIENS UTILES:

http://www.groupeinfoasiles.org/ Groupe-Information-Asiles:association contre l’internement.

http://eau.regale.free.fr/article_018.html L’Internement psychiatrique abusif.

http://corruption.ifrance.com/corruption-26-internement-abusif-curatel-extorsion-spoliation.htm Internement abusif,extorsion,spoliation,des lois à revoir. + https://rudy2.wordpress.com/internements-abusifs-harcelement-moral-connivences-mafieuses/

http://hebdo.nouvelobs.com/sommaire/notre-epoque/029505/folie-la-loi-des-autres.html Folie:la loi des autres.Le scandale des internements abusifs.

De plus en plus de «malades mentaux» sont hospitalisés d’office : leur nombre a augmenté de 45% entre 1988 et 1995. Hubert Prolongeau poursuit son voyage au pays de la folie ordinaire.

http://www.mensongepsy.com/doc/abusifs.pdf  Y a-t-il des internements abusifs?

http://ch.indymedia.org/demix/2009/11/72319.shtml Internements abusifs.Corruption….

Written by rudy2

July 20, 2010 at 12:57

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s