Rudy2's Multilingual Blog

Just another WordPress.com weblog

TECHNOLOGIE INTERDITE

leave a comment »

“Technologie Interdite”, par le Professeur Andrea GIOTTI, Ingénieur en Informatique et en Télécommunications.

Traduit de l’italien par Rudy Andria avec l’autorisation de l’auteur.

La question du contrôle de l’esprit des individus par des organismes non spécifiés fait souvent l’objet de scepticisme de la part du grand public, dans la mesure où la science conventionnelle ne prend en considération que les techniques de manipulation comme l’hypnose, les messages subliminaux et j’en passe. Il est également connu que l’histoire du siècle dernier contient de nombreux projets secrets, du moins au moment de leur création, qui démontrent un intérêt constant porté sur ce sujet, de la part des principaux gouvernements et leurs services secrets. Un exemple, entre autres, particulièrement bien connu est le projet MKULTRA de la CIA, mais les Soviétiques également firent de nombreuses expériences à cet égard et il n’y a pas de service secret dans le monde qui ne sache pas comment reconnaître ou pire, provoquer un blocage psychologique chez un témoin gênant. Les résultats des expériences menées dans le cadre de ces projets n’ont presque jamais été portés à la connaissance du grand public dans leur intégralité, car les techniques de contrôle mental qui ont permis leur développement constituent une arme terrible contre la liberté individuelle et tout individu qui en possède une veut en garder le monopole. Le “lavage de cerveau”, la création de “candidats Manchous” et combien d’autres encore ne sont pas des sujets destinés à paraître dans les textes de psychologie ou dans les articles de journaux. Cependant, ils peuvent être terriblement réels et susciter de légitimes suspicions dans l’esprit de ceux qui s’interrogent sur les inquiétants événements de l’histoire récente, comme l’assassinat du président Kennedy, ou les faits divers, comme les derniers massacres perpétrés dans le monde par des individus qui seraient, dit-on, des déséquilibrés.

Ecrire sur ces sujets est plutôt difficile, parce que les sources sont souvent incertaines, peu fiables, les témoins sont réticents et les quelques documents disponibles remplis d’omission. Aussi difficile que cela puisse être, il est tout aussi légitime de tenter d’informer le public sur la possibilité que de semblables techniques soient communément employées, sans dévoiler les détails, grâce auxquels il est possible de mettre au point ces techniques mais en révélant suffisamment pour permettre de les reconnaître et, là où c’est possible, se défendre contre elles. Citer des sources internes aux structures qui les connaissent mieux, à savoir les services secrets, est pratiquement impossible sans encourir des incidents désagréables. Toutefois, j’ai pu faire l’expérience directe de la plus sophistiquée de ces techniques. Ainsi, sur la base de cette expérience, j’ai rédigé le présent article. Raconter n’est pas démontrer, et en effet, il n’y a aucune mention des preuves documentaires de ce qui est relaté ci-dessous . Une semblable information, de toute façon, vaut quelque chose, puisqu’elle peut susciter le doute dans les esprits plus ouverts et préparer les lecteurs à affronter, de façon plus consciente et moins passive, l’ordre nouveau qui se dessine ou se profile dans le monde.

La “lecture de la pensée” a fait aussi l’objet de nombreuses recherches en milieu à la fois civil et militaire, au cours du siècle passé, spécialement de la part des Soviétiques. De telles recherches se sont toujours révélées infructueuses, jusqu’au début du nouveau millénaire. Toutefois, depuis au moins une dizaine d’années, la soi-disant “télépathie artificielle” a été mise au point par la NSA ou quelque autre agence gouvernementale américaine. Il s’agit d’une technologie qui permet une communication bidirectionnelle à distance, entre un dispositif approprié, contrôlé par un opérateur, et le cerveau humain. Elle permet, en outre, de faire connection interface avec tout le système nerveux humain, depuis de très grandes distances en passant par des protections de différents types . Ceci est possible, peut-être grâce à un réseau de satellites en mesure d’offrir une couverture globale. Au vu d’une première analyse, il ne semble pas qu’il existe des protections technologiques, en mesure de protéger la victime ciblée. Détail encore plus inquiétant, cette technologie peut aussi être utilisée, pour torturer et tuer à distance des individus, sans laisser de traces. Les lecteurs dotés d’une préparation scientifique resteront extrêmement perplexes, face à de semblables progrès. Il est donc opportun de spécifier immédiatement qu’une telle technologie est fondée sur quelques progrès radicaux, soit dans le domaine de la physique soit dans celui des neurosciences, et peut aller jusqu’à paraître incroyable pour la science officielle ainsi que pour le sens commun. L’écriture et surtout la lecture des courants corticaux à distance, ainsi que leur interprétation en termes de mots et d’images, semblent être un exploit tellement en avance par rapport à l’état de l’art communément reconnu qu’il surprend n’importe quel expert de l’industrie. Néanmoins, le but a été atteint. Ceci s’est vraisemblablement produit grâce à la découverte d’un nouveau vecteur d’interaction physique, de faisceaux d’ondes ou de particules inconnues ou bien, déjà connues, mais pas encore exploitées officiellement, à des fins pratiques. Ce vecteur d’interaction présente des caractéristiques de distance plus importante, et des caractéristiques de pénétration et de précision jamais vues auparavant. Grâce à cela, il a été ensuite possible d’enquêter dans le détail sur le fonctionnement du cerveau humain.

Comme toute technologie réelle, celle-ci, heureusement, présente aussi quelques limites importantes. Avant tout, elle ne permet pas encore de déterminer directement les pensées de la victime, ni de contrôler les mouvements du corps, mais seulement d’interférer avec tous les deux, surtout par le biais de la manipulation psychologique, la privation du sommeil et l’ induction de la douleur. L’ opérateur qui contrôle le dispositif peut projeter sa voix dans l’esprit de la victime, pour la manipuler et l’induire ainsi à des comportements dignes d’un “candidat manchou”. Toutefois, les techniques de manipulation utilisées sont généralement traditionnelles et on peut y opposer la même résistance que celle qui viendrait s’opposer à un interlocuteur en chair et les os. La lecture de l’esprit est, en outre, limitée aux pensées verbales ou “superficielles”, c’est-à-dire ce que nous exprimons à travers les mots. Elle est aussi limitée à quelques pensées non verbales ou “profondes” et aux images mentales que nous visualisons. Cependant, la plupart des pensées non verbales et les souvenirs mémorisés dans notre cerveau se révèlent non encore accessibles de l’extérieur ou bien, pas encore déchiffrables via la technologie en question. Les effets physiques que l’opérateur peut causer chez la victime vont de la projection de fausses entrées sensorielles de nature visuelle, auditive et tactile à l’interférence directe dans le système neurovégétatif avec de fortes probabilités de mort due à un arrêt cardiaque ou respiratoire,par exemple.Ces fausses entrées sensorielles peuvent, avec une certaine facilité, être identifiées comme des troubles et être,par voie de conséquence, ignorées.

Cette technologie est employée aujourd’hui, pour surveiller constamment des personnalités-clé bien précises, dans le domaine politique, scientifique, militaire et les media dans le monde entier, ainsi que pour accomplir des opérations psychologiques secrètes, partout où cela se révèle nécessaire. Ceci met ainsi en état de soumission tous ceux qui prennent conscience d’une réalité semblable, par exemple,en les faisant chanter, grâce à la lecture de leurs propres pensées. Aux adversaires il est ensuite réservé un programme de discrédit et une autodestruction sociale, psychologique et enfin physique, qui typiquement se conclut avec l’induction au suicide de la victime, avec un accident mortel causé artificiellement ou bien avec une mort, en apparence, naturelle. Vus de l’extérieur, ceux-ci paraîtront simplement comme des cas de démence, étant donné qu’en psychiatrie, la simple perception d’une voix est considérée comme un symptôme suffisant pour le diagnostic. L’objectif, nul besoin de le dire, consiste à imposer une domination absolue sur le monde. Mais parfois, contrairement à ce qui se produisit, à l’époque de Hitler ou Stalin, il existe un moyen qui peut le permettre, par le biais d’un coup d’état global sournois, à l’insu du grand public. L’agence qui détient le monopole de cet instrument ne souhaite pas que d’autres mettent au point un autre, même avec très peu de similitudes. Il est donc fort probable que les personnalités en mesure de le faire, surtout les scientifiques, affrontent le même type d’adversaires, avec tous ceux qui sont capables d’opposer des formes plus traditionnelles de résistance, comme la représaille nucléaire, en cas de guerre. Avant de mettre tout sur le dos du président américain, il est opportun cependant de se rappeller qu’une telle technologie garantit, à celui qui la gère directement, un pouvoir suffisamment grand pour lui permettre de se libérer du contrôle d’une quelconque autorité supérieure. Donc, même les politiques, les scientifiques, les militaires et les journalistes des Etats-Unis ne sont pas épargnés par le traitement décrit plus haut. Sans entrer dans des détails dont l’exposition demanderait beaucoup de pages supplémentaires, il faut signaler que l’histoire de l’attaque des Tours Jumelles et celle d’autres faits de la chronique italienne et internationale devraient peut-être être réécrites à la lumière de l’existence de cette “technologie prohibée”. Je suis de l’avis que le pouvoir que cette technologie confère à l’humanité est à ce point énorme pour pouvoir corrompre inévitablement quiconque le détient et traîner ainsi le futur monde dans le chaos.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter les sites  suivants:

http://www.aisjca-mft.org/ingegnere.htm ,

https://rudy2.wordpress.com/testimonianza-di-un-ingegnere-informaticovittima-di-controllo-mentale-remoto/

http://www.associazionevittimearmielettroniche-mentali.org/giotti2.htm,

http://lists.peacelink.it/dirittiglobali/2010/07/msg00029.html

Written by rudy2

August 21, 2011 at 17:40

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s