Rudy2's Multilingual Blog

Just another WordPress.com weblog

TEMOIGNAGE DE PHILIP LEDERNIER, INDIVIDU CIBLE

with 4 comments

Témoignage de Philip Ledernier , Individu ciblé.

Voici une version remise à jour de ce témoignage que Philip vient de nous faire parvenir.

Janvier 2013

J’ai écrit ma biographie dernièrement et je vous conseille de faire la même chose. On se rend compte de l’accumulation de certains faits dont on ne se doutait pas et beaucoup d’évènements prennent du sens. J’essaye ici de résumer ce qui concerne mon vécu d’individu ciblé.

 

 

Enfance

 

Je suis né au Canada d’un père français et d’une mère québécoise. J’ai découvert récemment que l’hôpital dans lequel je suis né avait été le lieu de certaines expériences de MKULTRA. Vers 3 ans nous sommes rentrés vivre en France. Etant donné que cela correspond exactement à la période à laquelle les expériences sur les cobayes humains ont été interdites sur le sol américain par le Sénat des USA, je me demande si elles n’ont pas été transférées dans des pays plus lointain, par exemple là ou j’ai grandi.

 

Je fus mal intégré par les petits français et un peu le bouc émissaire mais je m’en suis tiré en faisant le pitre. J’ai notamment été légèrement coupé sur le crâne par un coup de pelle “accidentel”. Il y avait quelque chose de non-dit me concernant. Je sentais des rumeurs et me sentais espionné.

 

Pourtant j’ai commencé très tôt la vie en collectivité. A 6 ans j’étais en colonie de vacances, puis j’ai régulièrement vécu des vacances en groupe. J’ai en fait certainement passé beaucoup plus de temps avec mes camarades qu’avec ma propre famille. Mais j’étais toujours un peu à part et il semblait que l’on me cachait quelque chose. J’ai deux soeurs beaucoup plus âgées qui étaient en pension lors de mon enfance. Moi-même j’ai été quatre ans en pension. Finalement la seule personne que j’ai fréquenté constamment dans ma jeunesse est ma mère. Mes oncles, tantes, cousins, cousines etc… vivaient très loin et je ne les voyais quasiment jamais.

 

Dans mon enfance j’ai été follement amoureux d’une fillette qui était assez bizarre et dont tous mes camarades étaient dingues, comme moi. Je pense qu’il y avait quelque chose de magique, au sens propre, dans ce pouvoir de séduction. Elle voulait dominer les autres et elle m’humilia. Je suis resté amoureux d’elle jusqu’à plus de vingt ans. Je pense qu’elle a vécu des évènements traumatisants dans le style de ceux décrits par plusieurs femmes ciblées. Je n’ai que quelques bribes d’information à ce sujet mais suffisamment pour me douter de cela.

 

Je l’avais rencontré vers 8 ans juste après la mort de ma grand-mère maternelle et je dirai que c’était comme sa ré-incarnation. Sa fête coïncidait avec le jour anniversaire de ma grand-mère. Lors d’une psychothérapie j’ai réalisé que j’avais transféré tout mon amour maternel sur elle. En évoquant une sorte de pouvoir magique qu’elle avait, je me demande sérieusement si moi et mes camarades n’avons pas bu une sorte de “philtre d’amour”, une drogue, pour être tous aussi dépendants d’elle.

 

Bien plus tard j’ai compris que de nombreuses filles de mon milieu social ont été éduquées ainsi, pour séduire et diriger, et certaines ont été “formées” par l’inceste.

 

 

Un contexte d’espionnage

 

Mon enfance ce passait dans un contexte particulier. Nous vivions dans un quartier évoquant les Chevaliers Templiers, et sur leurs anciennes terres. Il y avait beaucoup d’officiers de l’armée française dans notre résidence de ville nouvelle, construite par un entrepreneur américain. En visitant dernièrement ce quartier j’ai réalisé son architecture maçonnique. Evidemment dans mon enfance ce cadre me paraissait normal, mais en fait, il n’a vraiment rien à voir avec l’architecture habituelle en France. Toutes les premières maisons de chaque rues présentent un portique soutenu par deux colonnes et toutes les autres maisons sont accolées d’un seul tenant.

 

Mon père était un ancien officier des transmissions, fils de militaire de carrière et je pense qu’il était en réalité toujours dans les services secrets. D’ailleurs je pense que notre quartier était un nid d’espion ayant une idéologie templière; mes récentes lectures m’amènent à partager l’idée que les templiers détiennent encore les rênes du pouvoir mondial.

 

Dans mon enfance, les décès de mes grands-parents m’ont fortement touché. Le manque d’amour et l’insuccès auprès de mon amour d’enfance m’ont fait perdre pied au niveaux scolaire. J’étais assez démoralisé au début de mon adolescence. J’avais des troubles du comportement, tels que des balancements permanents. Je rongeais mes ongles. Des filles me provoquaient régulièrement et se moquaient de moi en me trouvant naïf et je ne savais pas quoi faire. Je fis quelques bêtises au collège et puis j’intégrai, comme les autres membres de ma famille, la pension.

 

A une occasion il m’a semblé qu’un de mes amis d’enfance entendait mes pensées. De même en ce qui concerne ma mère. J’étais paniqué et envisageais de fuguer. Cela ne se répéta pas.

 

J’avais parfois l’impression que les mots qui sortaient de ma bouche n’étaient pas ceux que je voulais prononcer. Il m’arrivait de répéter les mots. J’avais peu de mémoire à court terme et j’étais souvent dans un état second comme semi-hypnotique. Au téléphone on le demandait régulièrement si je venais de me lever, car ma voix devait être vraiment « molle ». Lors de certains cours je ne pouvais absolument pas rester éveillé et finissais écroulé sur mon pupitre. Néanmoins, pendant mes années de pension, je fis de mon mieux. Mes résultats n’étaient pas brillants mais j’ai obtenu mon baccalauréat dans les temps.

 

Au début de l’âge adulte je rencontrais pas mal de jeunes habitant ma ville. Bien qu’ils semblaient amicaux, je ressentais qu’ils me cachaient quelque chose et ils étaient un peu moqueur. De même en ce qui concerne ma famille. Nos rapports étaient ambigus.

 

Vers 18 ans je suis devenu allergique et je pense probable que c’était à cause de l’ingestion d’une bière empoisonnée. J’ai d’autres hypothèses. Ce qui est sûr c’est que subitement j’ai développé une rhinite et des démangeaisons atroces. Je pense que la cause était que je ne partageais pas les points de vus communistes de certaines de mes fréquentations. A cette époque j’ai aussi dû faire soigner la rétine de mes yeux et je fus exempté du service militaire à cause de cela.

 

Lors d’un déjeuner, alors que je me plaignais auprès de mes parents de mes relations avec mes amis, mon père me demanda si je ne voulais pas être bénévole au service d’une cause et il me reprochais de ne pas le faire. Puis il me dit quelque chose comme “tu n’as jamais eu l’envie de voire ce qu’il y a dans la “boite” qui sert de tête à ces salauds”, suggérant qu’il serait formidable de pouvoir espionner les pensées. Pour moi cette conversation tombait comme un cheveu dans la soupe. Je lui dis que ça me semblait tout à fait bizarre, sans intérêt. Ca me semblait vicieux.

 

Lors d’un autre repas il me dit qu’il avait été franc-maçon, et qu’il avait le droit de me le dire car cela pouvait avoir des conséquences sur moi, mais que l’on ne pouvait révéler l’identité d’un autre franc-maçon. Ma soeur sembla suggérer que je pouvais en faire partie mais mon père lui coupa la parole. J’ai aussi appris qu’il avait trempé dans des affaires “mafieuses” au Canada. Suite à cela mes relations avec mon père étaient mauvaises. J’ai consulté un psychiatre qui me conseilla de m’éloigner de mon père et j’ai quitté temporairement le domicile familial mais je n’avais pas le sou. J’ai vécu quelques mois dans la misère. Puis je suis revenu à la maison, tout en ayant un travail d’étudiant pour me payer tout ce qui était autre que le gîte et le couvert.

 

 

Cointelpro?

 

J’ai alors eu plusieurs relations bizarrement compliquées avec des filles. Elles m’excitaient pour rien. J’ai aussi eu quelques bonnes expériences. Finalement je rencontrais “S”, la soeur cadette d’une amie. Elle avait des résultats scolaires déplorables et voulait devenir mannequin. Son père évoqua une soit-disant anorexie. Elle me confia, en prenant des précautions, qu’elle était juive. J’ai couché avec elle mais notre relation n’était pas bonne. Dans la continuité de ce que j’avais déjà vécu, elle jouait avec mes sentiments et se comportait en dominatrice. A l’université les études devenaient plus difficile. C’est alors que j’ai vécu une sorte de persécution larvée, que je crois pouvoir qualifier de sorte de cointelpro, que ce soit réellement orchestré par l’état ou simplement par un groupe local probablement mafieux.

 

J’en ai fait le bilan:

 

  • lorsque je circulais en voiture on me faisait des signes menaçants.

     

  • mes amis d’enfance me reprochaient une vie décadente alors que j’étais certainement beaucoup moins fêtard que la plupart de mes relations d’université. J’ai cru que l’un d’eux envisageait de me tuer.

     

  • mes parents semblaient avoir des craintes pour toute la famille. Ma soeur me dit bizarrement qu’elle ne demandait “que vingt ans pour élever mes enfants”. Je n’avais aucune idée de ce qu’elle voulait dire. Je pense qu’elle était impliquée dans ma rencontre avec “S”. Mon père chantait « nous allons faire un beau voyage » semblant dire que toute la famille allait être « menée en bateau ».

     

  • invité par un ami d’enfance à aller voir un spectacle, le pare-brise de ma voiture explosa sur l’autoroute.

     

  • a mon agence bancaire le système de protection se déclencha automatiquement, manquant de me couper la main, à quelques centimètres près.

     

  • à l’université il semblait y avoir des rumeurs que j’étais un obsédé sexuel. J’ai trouvé ma photo d’identité affichée dans le hall d’un immeuble où nous avions cours. On se taisait lorsque j’entrais dans une salle de TP.

     

  • j’avais quelquefois l’impression que l’on lisait dans mes pensées.

     

  • ma soeur aînée me reprocha d’avoir violé une fille. C’est la seule personne qui me fit des reproches clairs et directs.

     

  • une fois mon père évoqua une histoire de viol en mimant sur moi que la fille avait été braquée par un revolver. Il me semble que c’était juste après que ma soeur se soit fait agresser dans son parking. Elle ne me donna pas de détails et ne portait pas de marques.

     

  • mon autre soeur a eut plusieurs petits accidents de voiture, dont elle n’était pas responsable, et les assurances ne voulaient plus la couvrir.

     

  • en ce qui me concerne, dans les années qui on suivit j’en ai eu deux, à chaque fois presque à l’arrêt à un carrefour, à cause du véhicule précédent, soit qui a pillé, soit qui a reculé! La première fois, je conduisais un véhicule de société… j’étais en fin de contrat et l’on a pas souhaité continuer notre collaboration… La deuxième fois est raconté dans la suite du texte.

     

  • l’ami chez lequel j’avais rencontré “S”, m’invita à jouer au scrabble et je ne pouvais rien composer, jusqu’à ne pouvoir écrire que le mot “viol”.

     

  • lors d’une soirée anniversaire chez ce même ami, je crois qu’il y eut un mort, quelqu’un que je ne connaissais pas. Plus tard, ce même ami se plaignit qu’on avait voulu voler sa voiture et qu’il se sentait persécuté.

     

  • j’avais fréquenté plusieurs juives et je me suis mis à soupçonner un lien entre ces fréquentations et mes problèmes. Dès que j’ai commencé à penser cela mes problèmes empirèrent.

     

  • étant déprimé je consultais un psychiatre. Il fit convoquer mes parents car je lui disais que l’on me cachait quelque chose. Mes parents n’avaient rien à déclarer d’autre que le fait qu’ils m’aimaient en tant que leur fils.

     

  • ma mère se présenta un jour avec un pansement au visage. Elle me dit être tombée en allant au marché. Puis nous eûmes une discussion pendant laquelle nous n’étions pas d’accord et elle conclut que je n’avais qu’a prendre mes médicaments (antidépresseurs), d’un air de dire “on ne peut rien faire pour toi mon pauvre vieux.” C’était étonnant de sa part car elle affichait toujours une forte tempérance si ce n’est indifférence.

     

  • un jour alors que je regardais la télévision chez mes parents, j’avais l’idée obsédante que j’avais violé “S”. En même temps j’avais la sensation que cette idée m’était imposée. Quelques instants plus tard, mon coeur se mit à palpiter à fond comme si j’allais faire une crise cardiaque.

     

  • je suis arrivé un soir chez mes parents en plein cambriolage et ça aurait pu très mal tourner. Bien que les voleurs aient éparpillé les biens de mes parents, ceux-ci ne se plaignirent d’aucune perte importante. Mon père semblait soupçonneux envers moi, comme si j’avais mis en scène ce vol.

 

Je consultais une psychologue et lui dit que j’avais quelquefois l’impression qu’on lisait dans mes pensées. Elle me répondit qu’elle avait bien une patiente qui se plaignait que la télévision lui parlait (voir plus loin) et elle me prescrivit de l’Haldol, un antipsychotique très connu. Dans ce contexte j’ai eu beaucoup de mal à finir mes études. Après une année des plus éprouvantes et sous Haldol (à petite dose), j’allais quelques semaines dans ma famille au Canada. J’ai passé au moins une semaine en incapacité de tenir debout, j’étais totalement exténue et était plombé par le sommeil après une ou deux heures éveillées.

 

Je commençais à travailler comme technico-commercial et louais un appartement à Paris. Suite à tout cela je pris de plus en plus de distance avec mes parents puis mes amis, pour finalement vivre totalement seul, mais j’avais pour la première fois une relation assez stable et durable avec une femme, une allemande qui était stagiaire chez mon employeur.

 

Mon travail comme commercial n’étais pas un succès et je me réorientais vers l’informatique. Je suivis une formation et mes relations avec mes camarades n’étaient pas bonnes. Certains me traitaient de “Che Guevara”, d’autres me prenaient pour un “bourgeois”. Eux même étaient à mon avis très très bizarre. Par exemple l’un d’entre eux se présentait comme DJ et c’était apparemment un titre de gloire inégalable. Ils ne se sentaient plus. Et je craignais qu’ils m’empoisonnent.

 

 

Malade

 

C’est que, à cette époque, à 27 ans, je suis tombé malade. J’ai fait une crise inflammatoire. J’avais mal au dos et ne pouvais pas dormir à partir du milieu de la nuit. J’avais l’impression d’avoir le coeur gonflé et endolori. J’ai cru que j’allais claquer directement. Lorsque je prenais ma douche, il y avait des bruits de plomberie bizarre et je craignais que l’on m’asperge d’une substance toxique. J’ai lu des témoignages d’autres individus ciblés qui rapportent la même chose. Mes dents avaient tendance à bouger et je craignais de les perdre.

 

Le diagnostic fut difficile à poser et finalement il apparut que j’avais une « SPA », c’est à dire spondylarthrite ankylosante de virulence modérée. Le cardiologue ne constata qu’un tout petit souffle au coeur. Par la suite j’ai pensé avoir été empoisonné ou gazé la nuit mais maintenant que je connais l’existence des armes à énergie dirigée, je pense que c’était peut être l’effet d’un bombardement par micro-ondes.

 

Puis j’ai eu l’impression que certains présentateurs tv et radio commentaient ma vie et mes pensées. J’évitais en général de regarder la tv, dont je me suis séparé pendant 5 ans. Je trouvais un emploi en société de services informatiques et fus placé en mission dans une grande entreprise productrice d’électricité. Le travail se déroulait correctement mais j’étais en général à l’écart, dans un bureau avec un seul collègue qui me servait de tuteur.

 

M’étant rappelé de mes conversations avec mon père, je soupçonnais que mes problèmes pouvaient être liés à la franc-maçonnerie et commençais à me documenter discrètement. En effet, le sujet semblait tabou et le simple fait de lire des livres à ce propos me semblait dangereux. Si vous le faite, je vous conseille de rester discret. Je découvrais, notamment en étudiant l’affaire de la loge P2, que le franc-maçonnerie est le lieu de germination de tous les extrémistes qui veulent influencer la société et que les frères s’exterminent probablement entre eux. J’ai gardé mes recherches secrètes.

 

Je pus enfin déménager du lieu maudit où j’avais habité et j’achetais un appartement proche de Paris. Malheureusement la copropriété ne fonctionnait pas bien et l’immeuble était abandonné à sa dégradation naturelle. Je tentais de motiver les locataires et propriétaires mais ils semblaient très craintifs.

 

J’avais de nouveaux “petits problèmes” de santé, mais les examens ne donnaient jamais rien. Par exemple j’avais l’impression d’avoir du sang dans les urines. Cela avait été observé par la médecine du travail, et mes propres tests avec des bandelettes confirmaient la présence de sang. Mais l’urologue que j’ai consulté ne trouva pas de maladie et conclut qu’il y avait peut être un peu de sang, pour une raison inexpliquée, et que cela n’était pas important. J’ai aussi eu quelques fois des sortes de vésicules gonflées de sang qui apparaissaient dans la bouche en quelques minutes.

 

 

11/09

 

Je changeais de société de services informatiques. Pendant mes deux mois de préavis je fis une mission pendant laquelle j’avais l’impression que l’on m’empoisonnait. Tous les jours je devais serrer la main à une vingtaine de collègues et cela me faisait comme une petite piqure ou irritation puis je ressentais une sensation bizarre à l’estomac et je maigris rapidement. Et ça semblait les exciter. Puis je suis parti en vacances en club en Tunisie ou je crus reconnaitre des relations de mon enfance, mais qui ne se présentaient pas ainsi. J’avais l’impression d’être parmi des troupes militaires d’élite. A la rentrée j’ai eu justement un accrochage dans une boite de nuit avec un homme qui prétendit pouvoir me tuer sur le champ, car il était commando.

 

Puis ce fut le 11 septembre. J’étais dans une situation bizarre. Cela faisait quelques jours que j’étais placé temporairement dans une très petite société, avec à peine quelques bureaux et un collègue me déstabilisait en me posant des questions auxquelles j’avais du mal à répondre sur un logiciel que je pensais bien connaitre. Ce collègue ressemblait parfaitement à un footballeur connu mondialement. Nous étions tous les deux dans le bureau, équipé, il me semble, d’une baie vitrée, et, curieusement, on pouvait voir une télévision dans le couloir. Au milieu de l’après midi, une personne de l’entreprise cliente nous parle d’un accident à New York. Nous allumons la télé pour voir les avions s’écraser dans les tours. Je pensais que c’était un canular, une « caméra cachée ».

 

 

Une colère étrange

 

La crise qui a suivi le 11/09 réduisit beaucoup le volume des affaires mais on me trouva miraculeusement une mission dans une société de jeux. La mission se passait plutôt bien, malgré que ma responsable ne supportait pas les prestataires. Sur la fin de la mission, un matin je me levais comme fébrile, si ce n’est tremblant. Au bureau, alors que je travaillais sur un document comptable, la responsable s’approcha de moi, derrière à droite, pour faire une courte critique acide concernant ce que j’étais en train de calculer. J’éclatais dans une rage incroyable. Je pris des casiers de documents que je jetais sur le sol. Elle rentra chez elle effrayée. Je ne sais pas ce qui m’a pris, mais je sais que des individus ciblés ont rapporté le même type de faits. Je pense aussi que la manière dont elle m’a approché était menaçante et a provoqué une réaction instinctive, ou programmée?

 

Je revins au siège de la société de services. Dans le contexte de crise mes relations au travail se dégradèrent. Je fus en léger conflit avec un collègue qui me semblait être un ancien voisin mais lui non plus ne se présentait pas ainsi. Finalement je fus en conflit avec mon supérieur (qui avait été changé 3 fois depuis mon embauche, un an auparavant). Alors qu’il était dans le bureau à côté du mien, je n’arrivais pas à avoir un rendez-vous, puis il me convoqua pour me reprocher ma qualité de travail. Un syndicat m’informa de la rumeur que la direction incitait à dégraisser les effectifs en provoquant des départs. Je quittais mon emploi, confiant, mais malheureusement je ne retrouvais rien. J’ai fait un séjour d’un mois au Canada et là-bas aussi j’étais en interaction avec la télévision. Finalement je décidais de créer des sites internet pour les exploiter moi-même.

 

 

En communication avec les ondes

 

Depuis que j’étais dans mon nouvel appartement (2000), je fus de plus en plus comme “connecté” avec les médias radio. Il semblait que l’on pouvait lire en permanence dans mes pensées. Par exemple, un animateur radio parlait de choses directement en rapport avec le sujet de mes pensées. C’était comme tenir salon en bonne société. Très “high society.” Mais je ne maîtrisais pas le fait d’être en conversation ou pas.

 

D’autre part je reçus un coup de téléphone de ma soeur aînée, déplorant le fait que je ne voulais pas la voir et me disant qu’auparavant nous “n’étions pas sur la même longueur d’onde”. J’ai trouvé que cette explication n’avait aucun sens.

 

Puis j’ai reçu un coup de téléphone de mon neveu, d’environ 6 ans. A un moment ses propos semblèrent suivre ma pensée. J’étais choqué. Je réfléchis à ce que je devais faire et me dis que je n’avais aucune compétence en ce domaine alors qu’apparemment la famille de ma soeur, oui. Je commençais à supposer une guerre secrète entre adeptes de l’occulte et dans laquelle ma soeur et sa famille étaient impliqués. Donc ne pas m’impliquer, les laisser jouer au James Bond et s’entretuer selon leur bon vouloir. Sachant que j’aimais ces enfants, je résolus de vivre avec cela, en supposant que ce serait temporaire, et en quelques sortes de profiter de leurs compétences car je n’imaginais pas qu’il s’en servent contre moi.

 

 

Stimulé sexuellement?

 

En rupture totale, je n’ai pratiquement reçu personne dans l’appartement que j’ai occupé 6 ans. J’aurais eu honte d’y inviter quelqu’un d’ailleurs, tellement la copropriété sombrait dans la saleté. J’avais pris l’habitude de regarder des photos et films pornographiques sur internet et développé un goût prononcé pour cela, qui me donnait un grand plaisir. Mais cette excitation très forte semblait me prendre d’un coup, et à la lecture d’autres témoignages d’individus ciblés, je me demande si cela était naturel. J’ai eu parfois l’impression que jusqu’à ma jouissance était influencée.

 

 

Sous contrôle

 

J’ai eu aussi l’impression que mon domicile était visité et que peut être ma nourriture était altérée. En fait j’avais déjà eu cette impression lorsque j’habitais dans Paris. Mais je n’ai jamais remarqué de traces particulières. Depuis des années j’avais modifié mon régime alimentaire pour diminuer les manifestations de l’allergie et du rhumatisme, avec succès. De plus, mon nouveau traitement de l’allergie était assez efficace. Mais, assez souvent, l’atmosphère dans mon appartement semblait très irritante. J’avais plutôt l’impression de la présence d’une poussière urticante. J’ai lu des témoignages qui parlent d’une poussière technologique qui servirait à localiser les individus par rayonnement. Il me semble que j’entendais, et comme c’est tout le temps le cas aujourd’hui, une sorte de buzz sonore, un son strident.

 

Je constatais aussi des bruits et des odeurs étranges dans l’immeuble. Pour être franc j’avais l’impression que l’on y assassinait des personnes, car il y avait parfois comme des bruits d’explosion, ou des cris étouffés, et je ressentais une odeur de sang frais à certains courts moments. Je n’ai jamais rien vu de cela et étant propriétaire je ne pouvais pas quitter les lieux. Après tant d’années dans des contextes effrayants, je m’y étais habitué. Ca pouvait être réel ou imaginaire, je vivais ma vie sans trop m’en soucier. Je n’imaginais pas non plus tenter d’expliquer à la police des choses aussi vagues.

 

J’avais aussi des problèmes à me faire servir, par exemple à la poste . Ils semblaient vouloir me faire marcher, et ils ne pouvaient jamais offrir les services que je demandais. Je n’ai pas non plus réussi à obtenir une subvention à laquelle j’aurais pu avoir droit pour faciliter les travaux dans l’immeuble. Tout commençait à se gripper.

 

D’autre part, alors que j’étais couché, j’avais l’impression que des bruits, qui devenaient presque des paroles, étaient générées dans mon ventre depuis l’extérieur, comme une menace. J’avais aussi l’impression que certains mouvements de mes membres étaient télécommandés. Plus tard cela devint une sorte de synchronisation avec mon environnement, ainsi qu’avec la télévision. Par exemple le moment où je changeais de chaine était tel que le discours des présentateurs s’enchainaient pour ne former qu’un.

 

Alors que j’avais toujours eu des dents résistantes aux caries, je dus en traiter plusieurs dans une période très courte. A cette occasion, une dent sur pivot me fut implantée et je crains d’avoir subi l’implantation d’un dispositif très connu des individus ciblés.

 

 

Déménagement

 

Après trois ans de développement de sites internet qui ne me rapportaient presque rien, je dus reprendre un travail dans une société de services. La mission que l’on me proposait était de l’autre côté de Paris. J’en avais marre de vivre dans une porcherie. Le marché de l’immobilier avait augmenté et je décidais de vendre mon appartement. Je louais un appartement à dix minutes de mon nouvel emploi.

 

C’était un appartement au 25ème étage d’un grand immeuble, sur les collines surplombant Paris, bref j’étais dans le Ciel, au niveau de la Tour Eiffel. C’était la première fois que j’expérimentais un assez haut standing de vie. C’était beaucoup plus calme. Il me semble que j’étais moins en interaction avec la radio/tv. Ayant un peu d’argent je me suis acheté ma première voiture à mon nom. A proximité de mon nouveau domicile, un jour j’ai cru apercevoir ma grand-mère maternelle, décédée depuis 5 ans, assises dans une voiture à la place du passager.

 

Le travail que je faisais était intéressant et difficile. Dans le gros service informatique qui m’employait il y avait beaucoup de jeunes gens particulièrement intelligents. Malheureusement, mes placements financiers vinrent casser cette sorte de début d’ascension sociale. J’avais placé l’argent de la vente de mon appartement sur des valeurs très spéculatives et risquées en bourse. Les premières fois que je spéculais j’avais “la chance du débutant”, puis cela s’inversa et je perdis de plus en plus, comme au casino. Croyez-moi ou pas, lorsque j’investissais de petites sommes, cela semblait influencer tout le marché. Bien que je faisais de bons choix, les marchés s’inversaient temporairement, me causant de fortes pertes.

 

Ayant à nouveau un bon travail je décidais de m’offrir des vacances dans un pays lointain. Ma soeur aînée, qui travaillait dans une compagnie aérienne, m’avait dit il que la Thaïlande était un de ses pays préférés. En effet ce fut une découverte extraordinaire.

 

En rentrant de ce pays j’ai passé une semaine en vacances avec la famille de mon autre soeur. C’était exceptionnellement rare. Lors de notre séjour elle me montra une légère inflammation au cou. A la fin de l’été, elle m’appela pour m’annoncer qu’elle avait un cancer. Un cancer très grave. Je me suis renseigné sur internet et j’ai constaté que ses chances de survie à 5 ans étaient nulles, et faibles à court terme.

 

 

Tout ça pour ça

 

Voilà! J’avais une assez belle situation, mais néanmoins loin d’être riche malgré un travail très qualifié. En plaçant mon argent en bourse, j’avais perdu mes économies de 10 ans. J’habitais un bel appartement chez qui personne ne venait et pratiquement pas de relations familiales. J’avais en permanence de petits problèmes avec la poste, mon fournisseur internet etc… tous pourrissaient un peu plus la situation sociale. La seule personne avec qui j’avais gardé quelques liens allait mourir.

 

Je rendis mon tablier (virtuel). Je me dis que c’était la France entière qui déconnait et décidais d’aller vivre en Thaïlande – d’ailleurs aujourd’hui je pense qu’elle déconne de plus en plus. J’avais le sentiment que ma soeur me léguerait un petit quelque chose et que je pourrai refaire ma vie là-bas, dans ce pays accueillant ou les gens sont beaucoup moins agressifs.

 

Je me rendis à l’ambassade pour obtenir un visa. La voisine de la maison mitoyenne à celle de mes parents y travaillait et je l’ai reconnue au guichet mais je suis passé à un autre, et elle n’a certainement pas fait attention à ma présence.

 

Très peu de temps avant mon départ j’ai eu un accident automobile bizarre, à l’arrêt. La personne impliquée était en tort à 100% mais j’ai eu tout le mal du monde à faire réparer correctement ma voiture, puis à la vendre, in extremis, et à perte évidemment, alors que j’approchais de la date de mon départ.

 

J’avais liquidé presque tous mes biens et placé quelques un au garde meuble. Je suis parti avec une valise et un sac que j’ai abandonné à l’aéroport car j’étais en excès de bagages

 

 

En Asie

 

En arrivant j’ai eu immédiatement le sentiment d’avoir fait une connerie. Dans l’hôtel modeste il y avait des personnes parlant arabe et j’avais le sentiment qu’elles m’avaient suivi, peut être depuis l’escale dans les émirats? Un matin au petit déjeuner un américain me salua du fond de la salle à manger en se présentant comme “sénateur des usa”. J’ai à peine retourné la politesse à cet original.

 

Je fus bien accueilli par le peuple thaï. Rapidement je trouvais un appartement dans une résidence hôtelière. J’y rencontrais un français qui vivait là-bas depuis plusieurs années, dégoûté lui aussi de la France. Il me présenta un ami marié avec une thaï et parlant couramment la langue.

 

Je louais un appartement, fraichement construit, dans la banlieue de Bangkok. A côté se trouvaient des bidonvilles. J’étais en bonne relation avec le personnel de la résidence et quelques occidentaux. J’y ai vécu en occidental, à la limite de la classe moyenne thaï. C’est aussi le cas d’une part de la population, en augmentation exponentielle. Les centres commerciaux à l’occidental, et de plus haut standing, poussent comme des champignons. Il y a un dynamise ambiant fascinant. Ca vie 24/24, mais pas agressivement.

 

Malheureusement je constatais que des personnes entendaient mes pensées. J”avais l’impression d’avoir été suivi par d’anciennes relations si ce n’est des membres de ma famille. J’avais quitté la France en partie à cause de cela. Néanmoins, mon but avait été de quitter définitivement la France, donc et je ne me voyais pas rentrer immédiatement.

 

Ma soeur et sa famille sont venus passer des vacances là-bas et j’ai aussi rencontré l’ancienne voisine de mes parents qui préparait son retour au pays. Donc j’ai petit à petit intégré de plus en plus le pays. Ensuite j’ai fréquenté un moine. Lorsque je l’ai rencontré, il m’a montré des photographies de ses déplacements en mission dans le monde, dont une, dont il me dit qu’elle avait été prise dans le parking du World Trade Center. Il semblait guetter ma réaction. J’en ai déduit qu’il faisait du renseignement pour le compte des USA.

 

Finalement, n’ayant pas la possibilité de travailler là-bas, je devais envisager de rentrer. Vers la fin de mon séjour je constatais que les animateurs TV thaï semblaient se moquer de moi et commenter mes pensées!

 

 

Retour en catastrophe

 

Je suis rentré avec quelques centaines d’euros en poche. J’avais encore des relations dans mon ancienne entreprise et je repris le travail. Mais, depuis mon retour, bien que j’ai eu un contrat de travail, je n’ai pas pu louer un appartement et je vis actuellement dans un hôtel au mois.

 

Malheureusement, je fus réembauché « chez les fous », et placé dans un « open space » de projets au forfait. Il semblait que l’on sabotait mon travail et l’on écoutait mes pensées. Je cru y reconnaitre certains camarades d’enfance mais qui ne se présentaient pas comme tel. Ils semblaient impliquer ma mère comme responsable des écoutes. Puis je fus une fois de plus placé dans une grande entreprise productrice d’électricité. Ce n’est pas un hasard, car je crois que cette entreprise est impliquée en premier lieu dans le développement des technologies d’espionnage et qu’elle est liée aux services secrets américains.

 

Dans ce poste, nous faisions la « pause café » au moins deux ou trois fois par jour, plus des réunions « bidon » et l’équipe de 7 personnes ne produisait pratiquement rien d’utile. Je fus en conflit direct avec O, un collègue africain, qui semblait lui aussi entendre mes pensées. Je remplaçais un collègue d’origine marocaine qui se disputait tous les jours avec O, et partait dégoûté. De plus j’avais l’impression qu’un autre collègue, canadien, noir lui aussi, me provoquait comme des décharges, des petits pincements, dont beaucoup de TI parlent. Je crois qu’ils sont tous les deux d’une église millénariste, très bien éduqués, présentant bien, mais déterminés à vider tout ceux qui ne sont pas noirs.

 

Le chef de projet prenait leur parti. Brefs, ils étaient plusieurs à me provoquer, comme si ma seule option avait été le duel, que bien sûr j’aurais perdu, ou j’aurais été interné pour crise de démence sur mon lieu de travail. Un jour, alors que le chef de projet s’amusait à prendre parti pour O j’ai claqué la porte au sens propre. Pour négocier mon départ je fus convoqué par la DRH. L’entretien était évidemment houleux. Je m’efforçais d’afficher un certain calme alors que je rageais intérieurement. Leur attitude était politique et non celle de gestionnaires d’entreprise. L’équipe que je venais de quitter avait perdu plusieurs collègues en quelques mois et la DRH ne voulait pas en comprendre la raison. Alors, en plein discours, j’ai eu l’impression pendant un instant que mon cerveau était figé. Je voulais prononcer des paroles mais rien ne sortait de ma bouche.

 

J’ai aussi assisté à une réunion du personnel, organisée par le Président de l’entreprise et apparemment il entendait mes pensées. Et bien sur c’est moi qui passait pour le trouble fête.

 

Je cherchais, pour la Xième fois, du travail. Lors d’un entretien de recrutement chez un cabinet de « chasseurs de tête » très connu, je ne me sentais pas très bien, comme dans le flou, et le recruteur anglais, à l’allure très stricte, me dit, tel quel, que “la machine” était derrière le mur du fond de la pièce dans laquelle nous nous tenions. C’était comme un défit. Il ne m’aurait plus resté comme option honorable que de le tuer sur le champ, ce que bien sûr je ne pouvais faire.

 

Je n’ai jamais été plus en interaction avec la télévision et la radio que depuis mon retour. J’ai à faire à des présentateurs tv qui semblent menaçants. L’un d’eux se moquait du montant, je suppose ridicule à son regard, de ma paye. Alors que j’essayais de m’isoler avec des matériaux divers tel que du papier aluminium etc… un autre animateur radio fort connu, dit que beaucoup avaient essayé de s’isoler, sans succès, et qu’il n’y avait rien à faire contre leur écoute. Il semblait appeler les personnes qui tentent de brouiller l’écoute des « cigales ».

 

Fondamentalement je ne comprends pas leur problème. Ils sont célèbres, riches et veulent montrer leur puissance, mais ils ne sont apparemment pas satisfaits. Maintenant je pense qu’ils sont contraints de faire la guerre, ce qui a été leur choix au départ, mais qu’ils n’assument pas. Je ne sais pas vraiment si la communication mentale est réelle ou si c’est une technologie de morphing qui me donne cette impression d’interaction directe de ma pensée avec eux. J’ai vu quelques informations sur internet qui évoquent des technologies fort compliquée de lien entre en cerveau et un système d’intelligence artificielle.

 

Je suis aussi écouté dans ma chambre d’hôtel. Apparemment, les clients du café et le gérant de l’hôtel, commentent mes pensées. Je pense que ce sont des mafieux, peut être communistes, dont beaucoup travaillent pour la ville (communiste). Ils circulent pratiquement tous dans les fameuses voitures blanches dont beaucoup de TI parlent. En fait je pense que ce sont aussi des militaires, qui travaillent sous couverture dans les services publics et utilisent des technologies d’espionnage, en service commandé. Et, puisqu’ils sont si bien équipés, ils s’en servent aussi pour se faire une petite fortune en volant et assassinant quand ils l’estiment possible.

 

Vous devez trouver bizarre que je mélange les notions de mafieux, communiste et militaire mais ce type de complexité est banale et typiquement ce qui est apparu dans des affaires telles que celle de la loge P2. Des personnes qui ont une idéologie politique s’organisent en mouvement occulte et mafieux, au sein de l’armée. C’est toujours comme cela que le pouvoir est acquis. Mais je dois vous avouer que je n’ai aucune certitude sur les groupes cités depuis le début de ce témoignage. Je pense qu’il y a des personnes infiltrées de tous bords. Les “communistes” sont ils en fait d’extrême droite? Je ne sais pas. Peut être que la qualification de « satanistes » est plus adaptée. Alors ils prétendent appartenir à telle ou telle organisation sociale ou politique en fonction de leur stratégie. Je crois aussi de plus en plus qu’il n’y a pas d’explication rationnelle à chercher. Il peut s’agir de pratiques occultes, satanistes, qui ne s’expliquent pas. Je suppose que c’est un conditionnement, une contrainte, une déformation de la personnalité à laquelle ils sont soumis et qui les oblige à agir contre les individus ciblés.

 

Depuis mon retour, sans compter mes problèmes avec les collègues de travail, j’ai été en conflit plusieurs fois avec des noirs. Systématiquement c’est parce qu’ils veulent impressionner et occuper le terrain, à mon avis à la façon des mouvements américains de “fierté noire”. Récemment j’ai pris un coup de poing très violent dans le métro.

 

Enfin, dernièrement il me semble reconnaitre des personnes qui j’ai connu dans le passé mais dont l”apparence physique à changé. Principalement, ils sont décolorés, c’est à dire d’une blancheur cadavérique avec les yeux bleus, alors que leurs traits ne sont pas ceux de personnes blondes. Je dirai même que certains me semblent voir des traits asiatiques. D’autres semblent être des personnes que je connais, mais … plus grandes! Donc soit je délire, soit ils ont besoin de se transformer physiquement.

 

Je n’ai pas retrouvé de travail et suis maintenant aux minimum sociaux. Tous les emplois que l’on me propose posent un problème. Les recruteur semblent souvent entendre mes pensées et le revendiquer. Lorsqu’ils me joignent au téléphone, leur première phrase est en général « êtes vous à l’écoute du marché » et ils rappellent ainsi régulièrement tous les six mois ou un an. Il semblent dire “soit tu prends un travail en compagnie de (psycho)télépathes, soit tu crèves la dalle.

 

Je suis aussi probablement ciblé par des armes à énergie dirigée. A certaines périodes je suis réveillé au milieu de la nuit comme si l’on me tirait dessus avec un rayon. En me renseignant sur internet, je suis tombé sur un site disant qu’il s’agissait de rayons émis par satellites et qu’il fallait les en informer en précisant les heures d’attaque. C’est en général à une heure du matin, région de Paris, France. Certains affirment que des satellites militaires sont tombés aux mains de hackers et qu’ils en font ce qu’ils veulent. C’était peut être comme cela qu’opéraient mes collègues de travail?

 

Je me suis donc remis à étudier la cause de ces phénomènes en partant de l’hypothèse que c’est la franc-maçonnerie qui dirige toutes ces manœuvres occultes. J’ai beaucoup compris sur le sujet mais ce serait trop long à expliquer dans ce témoignage, et trop confus.

 

Tout ce que je peux dire, et que vous avez certainement constaté, c’est que nous sommes dans un état de guerres secrètes qui impliquent les “frères” de divers mouvements, qui s’opposent en utilisant des technologies des plus sophistiquées, y compris les armes à énergie dirigée, l’empoisonnement, l’assassinat secret, la lecture et l’injection de pensées et les influences de toutes sortes sur le comportement. Les médias sont un élément clé dans cette guerre. En lisant des centaines de témoignages de TI, j’ai retrouvé tout cela et la plupart des évènements que je vis. J’aurais beaucoup plus à dire mais j’ai tenté de résumer autant que possible.

 

G. 40 ans, Paris, 20 janvier 2012

 

Written by rudy2

November 28, 2012 at 10:18

4 Responses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Salut je suis t.i comme toi, ceux qui sont affligés par ce phénomène ont tous le reptilien malade, tu es dans la negativité la plus grande, lorsque le cerveau est branché sur cet onde il est lisible. Il existe des appareils de contre espionnage comme les jammers qui brouille les ondes peut être réussira tu a t’en procurer un, à ce moment là tu sera plus en sécurité. Dis moi si ça fonctionne car moi j’ai pas réussi encore car je suis coincé dans le fond du baril. Sache qu’ils souhaitent que tu t’en sorte ils prônent la lumière pour tous, enfin c’est ce qu’ils disent..tant que tu sera dans cette situation ils seront là à s’abreuver de ta pensée car c’est ce que tu es pour eux, une source de lumière. Bonne chance.

    P.K

    April 13, 2014 at 20:02

    • et toi comment vas tu ?

      moi

      July 5, 2016 at 23:16

  2. alors comment ca va maintenant en 2016 ?

    moi

    July 5, 2016 at 23:14

  3. tu vas mieux ? as tu réussi a t’en sortir ?

    moi

    July 5, 2016 at 23:14


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s