Rudy2's Multilingual Blog

Just another WordPress.com weblog

WHY THE MILITARY IS DEVELOPING BRAINCHIPS / POURQUOI L’ARMEE MET AU POINT DES PUCES POUR LE CERVEAU

leave a comment »

The Real Reason The Military Is Developing Brain Chips

 LA VERSION FRANCAISE SE TROUVE JUSTE AU-DESSOUS DE CETTE VERSION ORIGINALE ANGLAISE.
image source

Joshua Krause
Activist Post
20 June, 2014

It seems the lab coats at DARPA are at it again, and this time they’re not just building some horrifying new robot for the battlefield. They’re after the precious memories in our brains. Until recently, they have successfully disguised their research as something a little more innocuous.

Last February, DARPA announced that they were working on a “black box” brain chip to install in the brains of America’s soldiers. Like the black box of an airplane, the device would record the memories of the victim patient. This would ostensibly be used to help treat the memory loss of soldiers with PTSD, or perhaps even civilians with Alzheimer’s.

DARPA’s PTSD gospel continued last month when they were reportedly working on a different brain chip that would be used to monitor brain activity, as well as influence sections of the brain by stimulating them with electricity:

“DARPA is looking for ways to characterize which regions come into play for different conditions – measured from brain networks down to the single neuron level – and develop therapeutic devices that can record activity, deliver targeted stimulation, and most importantly, automatically adjust therapy as the brain itself changes,” DARPA program manager Justin Sanchez said.

According to DARPA, this research is all about helping our gallant soldiers as they return home, treating their PTSD so they can live normal lives again. How noble of them. They’re just oozing with flowers and rainbows at DARPA.

Not likely. Infowars reported on a recent MIT interview with Joseph Ledoux, a neuroscientist currently researching treatments for traumatic memories. After discussing several treatment options, the researcher was asked “Would a memory prosthetic be possible—something put into the brain to restore lost memories in someone with dementia or a brain injury?” Ledoux replied:

DARPA seems to be going full steam ahead on these kinds of technologies. What they plan to do is put chips in [the brain]. It would be like a prosthesis—instead of moving your arm, you’re fixing memory. I have no idea how they would achieve that.

Look, the ‘D’ in DARPA stands for DEFENSE. This think tank is the premier research arm of the military-industrial complex. They shouldn’t be allowed anywhere near someone’s brain. If this research still sounds harmless to you, you should know that the same research that involves repairing memories is directly related to the knowledge of erasing memories as well. Shortly after asking Ledoux about the “brain prosthesis”, the reporter then asked “Messing with memory is a huge deal. It goes to the core of who we are. Treating PTSD would be wonderful, but isn’t it also possible to make people artificial Pollyannas?” Ledoux replied:

Or fearless monsters. There’s always going to be ethical implications. But we’ll just have to sort that out.

When we first published this work [on reconsolidation], someone wrote a commentary in the New York Times saying, “Let’s say you were a Holocaust survivor. You lived 50 years with these awful memories, and all of a sudden you’re erasing memories of the Holocaust. What would that do to your personality? It’s who you are now.” [After further research], the conclusion that we came up with is that a patient and therapist would have to slowly chip away at a memory to a level they were comfortable with. [And] the research so far suggests it reduces the zing, takes the emotional valence out of the situation, rather than erases the memory itself. The other side of that is you can also intensify memories…

This research is a backdoor to controlling our thoughts and memories, and nothing more. I feel bad for the victims of PTSD, and even though I can never truly feel the pain they carry with themselves every day, I sympathize as much as I can. But this is just wrong. Memories are painful for a damn good reason. You’re not supposed to forget these things. Scars exist not only to heal, but to remind us of what happened. Pain in all of its forms is there to force us to address the cause of the pain. It’s the alarm system of our body and mind, telling us that something isn’t right. You should see what happens to people who can’t feel physical pain. It isn’t pretty.

I doubt erasing the agony of the mind at the flick of a wand is a good idea either. As debilitating as the pain can be, it exists to help us heal and grow. This isn’t something the military-industrial complex is interested in. So what are they aiming for with this research?

They want brain chips for the same reason they love robots.

Given the rapid growth of automated war machines in our military, I suspect they want to replace our soldiers at some point. They don’t want an army of human beings, for the same reason a factory might replace humans. They don’t want to deal with the sensitivities of working with people. Except in this case, it isn’t about cutting health insurance and payroll costs. It’s about creating an army of unthinking trigger pullers.

If anything, that’s what it has always been about. If there are any veterans reading this, you know what I’m talking about. Before the age of robotics, there was boot camp. The meat grinder. The institution responsible for bringing in individuals and cranking out yes-men that follow orders. It’s proven to be rather successful, but it’s impossible to fully program some people. In the future, boot camp will be replaced with an assembly line that cranks out killer autonomous machines that will always follow the orders of the elite, no matter how heinous, and without discrimination.

Fortunately that day hasn’t fully arrived. Only a select few military jobs have been automated so far, and it may be some time before the military can truly replace their divisions with machines. Until that day arrives, DARPA has a solution. If they can find a brain chip, or even a pharmaceutical that allows them to erase the memories of our soldiers, they might have their robot army ahead of schedule. Think about it.

If you can erase the dreadful memory of a battle, you can have that soldier enter each fight with the same naivete each time. You could throw him into a thousand battles without breaking him. You could arm the most moral and righteous person imaginable, and all you’d have to do is convince him to kill once and erase the memory. Rinse and repeat until his parts wear out. You could get soldiers to follow orders through anything, now matter how unethical, and have the benefit of erasing those memories so no reporter or family member ever hears about it. And like a robot, the soldier would never have the self awareness to know he’s become a fleshy automaton.

I confess I don’t know how this will all pan out, or how successful the research will be. But I do know this: DARPA may succeed in removing the memories from our brains, but they’ll never erase them from our souls.

Related Activist Post Articles:

Joshua Krause is a reporter, writer and researcher at The Daily Sheeple, where this first appeared. He was born and raised in the Bay Area and is a freelance writer and author. You can follow Joshua’s reports at Facebook or on his personal Twitter. Joshua’s website is Strange Danger 

 
———————————————————————————–

La vraie raison pour laquelle l’armée met au point des puces pour le cerveau

La vraie raison pour laquelle l’armée met au point des puces pour le cerveau
puce-cerveau

Traduit par Hélios pour le BBB

Il semblerait que les blouses blanches de la DARPA [Defense Advanced Research Projects Agency, Agence pour les projets de recherche avancée de défense”, l’organisme qui a été l’initiateur d’Intranet puis d’Internet] se soient remises au travail et cette fois ce n’est pas juste pour construire un horrible nouveau robot pour les champs de bataille. Ils s’occupent des précieux souvenirs de notre cerveau. Jusqu’à récemment, ils ont déguisé avec succès leurs recherches comme étant un peu plus inoffensif.

La DARPA a annoncé fin février qu’ils travaillaient sur une puce cérébrale « boîte noire » à implanter dans le cerveau des soldats d’Amérique. Comme la boîte noire des avions, le dispositif enregistrerait les souvenirs de la victime, du patient. Il serait soi-disant utilisé comme aide dans le traitement des pertes de mémoire des soldats souffrant de troubles de stress post-traumatique (TSPT), ou peut-être même dans les soins aux civils atteints de l’Alzheimer.

La DARPA a poursuivi le mois dernier sur sa charitable lancée du traitement du TSPT avec des travaux qui seraient réalisés sur une puce cérébrale différente, qui servirait à monitorer l’activité du cerveau et à en influencer des portions par une stimulation électrique :

« La DARPA recherche des moyens pour déterminer quelles régions sont en jeu dans différentes conditions – mesurées à partir du réseau cérébral jusqu’au simple niveau des neurones – et concevoir des appareils thérapeutiques qui peuvent enregistrer l’activité, délivrer une stimulation ciblée et le plus important, ajuster automatiquement la thérapie à partir d’une modification du cerveau lui-même, » a expliqué le responsable du programme de la DARPA, Justin Sanchez.

Selon la DARPA, cette recherche n’est là que pour aider nos vaillants soldats à leur retour à la maison, traiter leur TSPT pour qu’ils puissent vivre de nouveau normalement. Comme c’est noble de leur part. N’en jetez plus.

Peu plausible. Infowars a rapporté une récente interview du MIT [Massachusetts Institute of Technology] avec le neuroscientifique Joseph Ledoux, qui recherche actuellement des traitements pour les souvenirs traumatiques. Après avoir parlé de plusieurs options thérapeutiques, on demanda au chercheur « Une mémoire prosthétique serait-elle possible ? » Ledoux répondit :

La DARPA semble avancer très vite pour ce genre de technologie. Ce qu’ils programment est de mettre des puces dans le cerveau. Ce serait une sorte de prothèse – ce ne serait pas pour faire bouger le bras, mais pour réparer la mémoire. Je n’ai aucune idée sur la manière de la réaliser.

Remarquez que le « D » de DARPA veut dire DÉFENSE. Ce think tank est le premier bras du complexe militaro-industriel dans la recherche. On ne devrait les laisser s’approcher d’aucun cerveau. Si cette recherche vous semble bénigne, vous devriez savoir qu’une recherche qui implique de réparer la mémoire est en lien direct avec la capacité d’effacer des souvenirs aussi. Peu après la question sur la « prothèse cérébrale » posée à Ledoux, le journaliste demanda « Trafiquer la mémoire est un sacré truc. Cela agit au cœur de qui nous sommes. Traiter le TSPT serait merveilleux, mais cela ne pourrait-il pas transformer artificiellement les gens en Pollyannas (?) ? » Ledoux répondit :

Ou en monstres intrépides. Il y aura toujours des implications éthiques. Mais il nous faudra en savoir un peu plus.

Quand nous avons publié pour la première fois cet ouvrage [sur la reconsolidation], quelqu’un a écrit un commentaire dans le New York Times qui disait, « Disons que vous êtes un survivant de l’Holocauste. Vous avez vécu 50 ans avec ces horribles souvenirs et tout d’un coup on efface les souvenirs de l’Holocauste. Quel serait le résultat au plan de la personnalité ? Elle est qui vous êtes aujourd’hui. » [après une nouvelle recherche], la conclusion qui en est ressortie est que le patient et le thérapeute devraient travailler à ramener petit à petit le souvenir à un niveau confortable. [Et] jusqu’ici la recherche suggère que cela lui enlève de sa force, élimine la valence émotionnelle de la situation, au lieu d’effacer le souvenir lui-même. Le revers de la médaille est qu’on peut aussi intensifier les souvenirs…

Cette recherche est un moyen détourné pour contrôler nos pensées et nos souvenirs et rien d’autre. J’ai de la compassion pour les victimes du TSPT et même si je ne peux jamais ressentir la souffrance qu’elles endurent chaque jour, je sympathise autant que je le peux. Mais tout cela est insensé. Les souvenirs sont douloureux pour une sacrée bonne raison. On n’est pas supposé oublier ces choses. Les cicatrices existent non seulement pour être guéries mais pour nous rappeler ce qui s’est passé. La souffrance sous toutes ses formes est là pour nous obliger à nous occuper de la cause de la souffrance. C’est le système d’alarme du corps et de l’esprit, qui nous dit que quelque chose cloche. Vous devriez voir ce qui arrive aux gens atteints d’une insensibilité congénitale à la douleur. Ce n’est pas génial…

Je doute qu’effacer l’angoisse d’un coup de baguette magique n’est pas non plus une bonne idée. Aussi amoindrissant que puisse être la souffrance, elle existe pour nous aider à guérir et à évoluer. Ce n’est pas ce qui intéresse le complexe militaro-industriel. Quel est donc le but de cette recherche ?

Ils veulent des puces dans le cerveau pour la même raison qui leur fait aimer les robots.

Étant donnée la croissance rapide des machines de guerre automatisées dans notre armée, je soupçonne qu’ils veulent à un moment donné remplacer nos soldats. Ils ne veulent pas d’une armée d’êtres humains exactement comme dans les usines où l’on remplace les humains. Ils ne veulent pas avoir à gérer la sensibilité des gens au travail. Il ne s’agit pas ici d’économiser sur les assurances santé et les charges de personnel. C’est pour créer une armée de tireurs de gâchettes qui ne réfléchissent pas.

C’est probablement cela dont il a toujours été question. Si des vétérans lisent ceci, ils savent de quoi je parle. Avant l’ère de la robotique, il y avait des camps d’entraînement. Une machine à broyer. L’institution responsable qui faisait venir des individus pour produire en série des béni-oui-oui qui suivent les ordres. Cela s’est prouvé plutôt efficace, mais il est impossible de programmer à fond des gens. Dans l’avenir, les camps d’entraînement seront remplacés par une chaîne de montage sortant en série des machines tueuses autonomes qui suivront toujours les ordres de l’élite, peu importe leur atrocité, et sans faire de distinction.

Ce jour n’est heureusement pas totalement arrivé. Seuls quelques emplois militaires sélectionnés ont été jusqu’à présent automatisés et il peut se passer du temps avant que l’armée puisse remplacer ses divisions par des machines. En attendant, la DARPA a une solution. S’ils peuvent trouver une puce cérébrale, ou encore un produit pharmaceutique qui leur permet d’effacer les souvenirs de nos soldats, il leur est possible d’avoir une armée de robots plus rapidement que prévu. Pensez-y.

Si on peut effacer le terrible souvenir d’une bataille, les soldats peuvent prendre part à chaque combat avec à chaque fois la même naïveté. On peut l’envoyer dans un millier de combats sans le briser. On pourrait donner une arme à la personne la plus intègre imaginable et il n’y a plus qu’à la convaincre de tuer une fois et d’effacer le souvenir. Rincez et répétez jusqu’à ce que ses composants soient usés. On pourrait avoir des soldats qui suivent n’importe quel ordre, peu importe leur éthique, et dont on pourrait effacer les souvenirs à volonté de sorte qu’aucun journaliste ou membre de la famille n’en entendra jamais parler. Et comme un robot, le soldat ne prendrait jamais conscience qu’il est devenu un automate de chair.

Je confesse ne pas savoir comment tout cela va finir ni le degré de réussite de la recherche. Mais je sais une chose : la DARPA pourrait réussir à enlever les souvenirs de notre cerveau, mais ils ne les effaceront jamais de nos âmes.

Référence:

1 Pollyanna est un roman de l’écrivaine américaine Eleanor Porter publié en 1913. Il met en scène Pollyanna Whittier, une jeune orpheline recueillie par sa tante. Résolument optimiste face aux vicissitudes de la vie, elle s’efforce de toujours voir le bon côté des choses au travers d’un jeu inventé par son père, The Glad Game.

Source: Activist Post, le 20 Juin 2014, traduction par le Bistro bar blog

 

Written by rudy2

July 13, 2014 at 13:30

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s