Rudy2's Multilingual Blog

Just another WordPress.com weblog

COMPLICE D’ACTES DE TORTURE: LA GRANDE-BRETAGNE.

leave a comment »

La Grande-Bretagne accusée d’être complice d’actes de torture

http://mobile.lemonde.fr/europe/article/2010/07/15/la-grande-bretagne-accusee-d-etre-complice-d-actes-de-torture_1388153_3214.html

LEMONDE.FR | 15.07.10 | 17h34  

 
Reuters/POOL
Des documents accusent le gouvernement de Tony Blair de complicité de torture sur des présumés terroristes.

 

La Grande-Bretagne est-elle complice d’actes de torture ? C’est cette thèse que semblent accréditer des documents classés publiés par le Guardian mercredi 14 juillet. Ces éléments, restés jusque-là secrets, confirment les accusations d’anciens détenus de Guantanamo, selon lesquels les services secrets britanniques (MI5 et MI6) ont cautionné des méthodes d’interrogatoire “musclées” pratiquées par les Américains sur des terroristes présumés, après le 11 septembre 2001.

Les documents publiés par le Guardian ont été divulgués à la suite d’une procédure civile intentée par six anciens détenus de Guantanamo contre le MI5 et le MI6, le ministère de l’intérieur, le ministère des affaires étrangères et le bureau du procureur général. D’après les six hommes, ces administrations ont été complices, sous le gouvernement travailliste de Tony Blair, de leur détention illégale et d’actes de torture.

“C’est choquant mais pas surprenant, a réagi le directeur du bureau de Londres de Human Rights Watch (HRW), Tom Porteous. Ces documents ne font que confirmer ce que nous avions déjà dénoncé.” Fin juin, un rapport de HRW avait en effet déjà épinglé la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne pour leur utilisation de renseignements obtenus sous la torture dans des pays tiers.

 LE MI5 ÉTAIT INFORMÉ DES MALTRAITANCES

L’un des documents évoque le cas du Britannique d’origine éthiopienne Binyam Mohamed, détenu à Guantanamo pendant plus de quatre ans, avant d’être transféré en février 2009 en Grande-Bretagne. Il accuse les agents britanniques d’avoir aidé la CIA lors des interrogatoires assortis de tortures qu’il a subis dans un site secret au Maroc, après son arrestation au Pakistan en 2002. Le MI5 aurait ainsi été au courant des privations de sommeil dont il était victime, ainsi que des menaces de “disparition” et du fait qu’il était enchaîné lors des interrogatoires.

De la même façon, le MI5 aurait été informé des maltraitances commises envers Omar Deghayes, un résident britannique d’origine libyenne, détenu à la base américaine de Bagram, en Afghanistan.

D’autres documents, le plus souvent raturés de noir, montrent aussi comment le ministère des affaires étrangères ne s’est pas opposé à l’envoi de certains citoyens britanniques à la prison de Guantanamo en 2002, n’appliquant ainsi pas les procédures légales d’assistance à ses ressortissants.

 

“Ces documents donnent l’image d’un gouvernement déterminé, non seulement à faire jeu égal avec les Etats-Unis dans leur programme de ‘détention exceptionnelle’ et de torture des terroristes suspectés après le 11-Septembre, mais au-delà, à participer activement à ce programme”, affirme le Guardian.

Judith Sunderland, chargée de l’Europe occidentale à HRW, est, elle, plus nuancée : “Les Etats-Unis sont accusés d’actes de torture directe, tandis que la Grande-Bretagne est accusée de complicité dans la torture. Cela concerne par exemple des agents qui ont interrogé un détenu en sachant qu’il avait été maltraité auparavant, ou qui n’ont rien fait pour empêcher les abus ou encore qui ont laissé la situation perdurer.”

CES ACCUSATIONS DE TORTURE FERONT L’OBJET D’UNE ENQUÊTE

“Ces documents confirment le besoin d’une enquête transparente”, assure Judith Sunderland. “Ces accusations sont mauvaises pour la réputation du Royaume-Uni. Une enquête doit permettre de restaurer la confiance, renchérit Tom Porteous.

Le premier ministre britannique, David Cameron, a annoncé le 6 juillet l’ouverture prochaine d’une enquête judiciaire indépendante sur les accusations de complicité de torture. “Même s’il n’y a pas de preuve qu’un agent britannique ait été directement impliqué dans des tortures [sur des détenus à l’étranger] à la suite du 11-Septembre, il y a des interrogations sur le degré de collaboration des agents britanniques avec les services de renseignement étrangers qui traitaient les prisonniers d’une façon inappropriée”, a indiqué le premier ministre.

Si la complicité des agents britannique est prouvée, les anciens détenus pourraient recevoir des compensations. Douze hommes soupçonnés d’activités terroristes pourraient ainsi être indemnisés par la Grande-Bretagne, a fait savoir David Cameron. Selon le Daily Telegraph, le montant de ces compensations s’élèverait à plusieurs milliers d’euros.

Marianne Rigaux

Written by rudy2

July 16, 2010 at 19:33

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s