Rudy2's Multilingual Blog

Just another WordPress.com weblog

TEMOIGNAGES:3 témoignages-clefs: Geral Sosbee (ex-agent FBI), Tara Potter (ex-agent Forces Spéciales US), Janet Creswell

with 3 comments

1. Témoignage de Geral Sosbee, ex-Agent Spécial du FBI http://www.sosbeevfbi.com/  ==>Original version in English

or here https://rudy2.wordpress.com/ex-fbi-agent-geral-sosbees-testimony-in-various-languages/

Traduit de l’anglais par Rudy Andria

Je m’appelle Geral W. Sosbee. Je suis un ancien Agent Spécial du FBI,du Ministère de la Justice des États-Unis. Je fais appel à vos bons offices pour que soient prises en considération la présente lettre et les pièces annexes et pour que l’information soit transmise à des collègues du gouvernement, à vos députés et à vos associés, dans un but éducatif. Mon objectif est d’attirer l’attention sur les actuelles pratiques du FBI et de la CIA visant à transformer en objectifs jusqu’à la mort, certains individus qui dénoncent les abus des droits de l’homme commis par ces deux institutions; pareillement, d’autres individus, jugés par le FBI ou la CIA comme des adversaires politiquement viables (pour une agence ou une politique corrompue des États-Unis), peuvent être , de la même manière , transformés en objectifs. Cela m’afflige de devoir dénoncer des transgressions de lois de la part du FBI et de la CIA, mais je reste optimiste et revigoré, après m’être rendu compte que j’ai survécu aux huit dernières années de torture et que maintenant j’ai l’occasion de partager mes expériences avec d’autres victimes et leur offrir,éventuellement, mon assistance, d’une manière ou d’une autre. Ainsi qu’il est indiqué dans le résumé des événements ci-après (avec de plus amples détails dans les actes du tribunal), les agents et les collaborateurs du FBI et de la CIA (voire parfois des membres de la population en général), de temps en temps, jouent un rôle subtil dans l’application de ces crimes, par appât du gain, pour occulter des délits, pour faire taire des critiques politiques, ou même neutraliser des individus bien précis qui essaient de dénoncer de gravissimes abus de pouvoir et les éventuels crimes de la CIA et/ou du FBI contre l’humanité. Mon gouvernement et les media aux États-Unis sont au courant de mes accusations et ont à leur disposition des preuves abondantes pour avaliser mes plaintes. J’ai déclaré dans le dossier que le FBI et la CIA sont corrompus, que le Congrès des États-Unis et les tribunaux jusqu’à présent font figure de lâches, en ne s’attaquant pas à la corruption, et que le peuple américain, en général, n’est pas au courant de l’étendue du problème. Les États-Unis n’agissent pas seuls dans de telles pratiques sans vergogne (comme décrites plus bas). En effet, ils recrutent des personnes d’autres pays, pour qu’elles apportent leur collaboration dans ces actes de violation de droits de l’homme, à chaque fois que le FBI et la CIA en éprouvent le besoin. Toute nation qui offre collaboration, rémission de peine ou aval des pratiques dénoncées dans la présente lettre, est incapable de guider toute autre nation ni d’avoir une emprise quelconque sur elle, quand il est question des droits de l’homme et des problèmes humanitaires. Les implications d’une situation aussi lamentable sont en effet inquiétantes pour des intellectuels et des individus dotés de sensibilité et de bonne volonté, plus particulièrement sur la nécessité de la paix dans le monde. La campagne de terreur décrite plus bas est typique de la méthodologie utilisée dans des pratiques similaires, à travers le monde et peut présager une décadence générale de l’impartialité sociale et économique mondiale . Cette lettre inclut mes déclarations sous serment, ma lettre à des défenseurs des droits de l’homme, mes lettres à diverses institutions de la police, mon annonce dans le Hollywood Reporter Magazine (Août 2000, Numéro Spécial, page 133), ma requête auprès de la Cour d’Appel des États-Unis et la lettre du Membre du Congrès, Abercrombie au FBI. Dans les pages qui suivent, je donne un résumé des techniques utilisées pour essayer de me réduire au silence et pour que je n’accuse pas le FBI (et la CIA) de graves délits contre le peuple américain et contre la communauté internationale. J’espère que cette information profitera à d’autres victimes potentielles d’attaques similaires par les agences d’intelligence qui utilisent les escadrons secrets de la mort (souvent dénommés “Escadrons des Casseurs”, au sein du FBI). Je perçois comme un privilège le fait de vous présenter le dossier qui suit, parce que je crois fermement que votre entourage en tirera pleinement profit. En tant que cible du FBI et des Escadrons des Casseurs de la CIA, j’utilise la lettre T pour me référer à moi-même, dans ce qui va suivre.

*Depuis 1998, à peu près, jusqu’à l’heure actuelle, le FBI ainsi que la CIA en République Dominicaine, au Japon et en Thaïlande, mènent une interminable campagne destinée à neutraliser T et, pour le dire sans ambages, le rendre fou ou au moins le pousser à l’exil, à la défection, ou au suicide, en utilisant les tactiques suivantes :

—Commencer ou rétablir une investigation officielle sur T.

—Informer les amis, les associés et les contacts de T que T est sous investigation.

—Diaboliser T dans la communauté, surtout auprès des médecins, des dentistes et des mécaniciens. (Utiliser des procédés médicaux et dentaires, tels que la vasectomie et les traitements à la racine, comme occasion de formuler des menaces terroristes et une torture physique à T.)

—Isoler et marginaliser T où qu’il aille, pour le diffamer au maximum.

—Empêcher T de louer un quelconque endroit pour y vivre.

—Si T essaie de dormir dans sa voiture, notifier les autorités locales.

—Obtenir de fausses déclarations, sous serment contre T par deux femmes, à l’appui d’un ordre frauduleux de compromis civil signé par un juge corrompu. (Depuis le 30 septembre 2005, T estime que le FBI et le Département Américain d’Injustice font appel à des juges fédéraux ou des magistrats fédéraux corrompus, pour obtenir des documents civils frauduleux contre T. Voir la partie 10 de “Mon Histoire Détaillée”).

—Si T prend la fuite, Collez-lui l’étiquette de fugitif international de la justice et de menace pour la sécurité publique. Comme preuve, voir l’ordre judiciaire de Sosbee, à la page A-18. (Cliquez ici pour voir comment Boeing Corp perçoit Sosbee comme un fugitif).

—Mettre en place une surveillance électronique et physique complète de T dans sa maison et sa voiture avec des invasions simultanées de la résidence et de sa voiture.

—S’assurer que T comprend qu’il est surveillé dans tous les coins et les recoins de son habitation (et dans sa voiture) de la manière suivante : 1) Entrer dans l’appartement et réorganiser la disposition des articles de cuisine et de table pour reproduire la manière adoptée par T quand il avait mis le couvert, en début de journée; 2) Quand T place les vêtements dans la machine à laver, entrer dans son appartement et ouvrir le robinet, ou placer les ordures dans la machine à laver que T utilise; 3) Quand T se couvre,la nuit avec la même couverture, il suffit d’uriner seulement dans la partie de la couverture qui touche le visage de T; 4) Quand T va aux toilettes, ouvrir la porte principale de T; 5) Quand T s’endort, ouvrir la porte principale; 6) Si T essaie de regarder la télévision, déclencher la commande à distance, en allumant et en éteignant le téléviseur et en changeant les chaînes à toute vitesse, les unes après les autres. 7) Quand T retourne à sa résidence, commencer le harcèlement sur le téléphone fixe puis sur le téléphone mobile, au moment où T s’introduit chez lui ; “HUIT”) Manipuler des objets précis que T touche et utilise dans son appartement ou dans sa voiture, changer leur place ou détruire des effets personnels (comme le fil dentaire) que T touche, un jour bien précis; 9) Observer T en temps réel pour faire des modifications des types de harcèlement et de leur intensité.

—Quand T essaie de couvrir les murs ou le plafond, dans le but d’avoir plus d’intimité, entrer et faire tomber ces installations.

—Introduire de la drogue dans la nourriture de T, pour atteindre les objectifs ci-après : 1) éliminer la libido et interrompre les fonctions corporelles normales; 2) Obliger T à dormir; 3) Empêcher T de dormir; 4) déclencher des sautes d’humeur.

—Envoyer des collaborateurs pour insulter T et se moquer de lui, après l’empoisonnement.

—Si T cesse de manger chez lui, introduire de la drogue ou des bactéries de virus dans la nourriture prise dans les restaurants.

—Envoyer des collaborateurs pour mettre à l’épreuve le caractère de T, pour faire le point et pour le provoquer avec des incidents de voies de fait répétés.

—Envoyer des collaboratrices pour que T s’engage dans une conversation, puis l’une d’elles subitement interrompt la conversation et quitte les lieux.

—Demander un abonnement au nom de T aux revues “Chef Magazines”. —Placer des articles féminins de couleur rose (tels que les culottes) dans les affaires de T.

—Utiliser les services de police locale dans le monde entier pour mettre en place des opérations occultes conçues frauduleusement et réalisées illégalement contre T, pour qu’il y ait une base sur laquelle fonder les accusations de délit civil ou criminel contre T.

—A maintes reprises, collez-lui l’étiquette de personne à l’esprit dérangé. —Faire tout pour que T prenne bien conscience des dysfonctionnements de son corps, en procédant de la manière suivante : 1) Retirer la connection mâle du chargeur de batteries du rasoir ou du téléphone portable; 2) Déconnecter le clignotant de la voiture, de sorte que, lorsque T touchera le dispositif, le tout se dérèglera et ne sera soutenu que par le fil électrique; 3) Laisser, de temps en temps, des symboles phalliques dans la voiture de T .

—Si T cherche un traitement pour telle ou telle maladie , informer le docteur ou le dentiste et les agents de sécurité que T est sous investigation et qu’ils ont affaire à un déséquilibré.

—Commencer un programme de réponses conditionnées destiné à punir T pour certaines activités, telles que : 1) demander de l’ aide au Congrès. 2) fréquenter la Bibliothèque de Droit. 3) le Discours Social. 4) la Relaxation.

— Continuer et intensifier sans relâche les actions terroristes contre T : 1) Introduire des blattes vivantes dans la nourriture du réfrigérateur; 2) Casser, dérober, ou détruire la fermeture-éclair des pantalons et couper les noeuds de façon à ce qu’ils ne soient plus utilisables; 3) Si T cohabite avec une compagne, empoisonnez-la et , par une petite note, rappelez à T qu’il est responsable de la souffrance de sa compagne.(par exemple, placer les talons des souliers de T dans les orteils des souliers de la compagne); 4) Si T essaie de se lier à des amis potentiels, manipuler les voitures de ces amis, pour faire en sorte qu’ils évitent T; 5) Suivre T dans les cinémas, les restaurants, ou d’autres lieux publics, pour faire le point et rassembler les éléments ou les informations susceptibles d’être utilisés contre T, le jour suivant ou le mois suivant. Si T mange à l’Hôtel X, placer une petite boîte d’allumettes, ou un stylo de l’Hôtel X dans la voiture de T, ou entre les draps de son lit; Si T voit un film avec une scène de suicide par un couteau, entrer dans l’appartement de T, prendre un couteau de boucher et placer la manche dans une position saugrenue et provocante, pour que T le remarque, à son retour du cinéma.

—Manipuler les comptes bancaires de T , en recourant aux méthodes suivantes: 1) Fermer certains comptes; 2) Changer l’adresse de certains comptes; 3) Suggérer un faux changement d’adresse aux Services Postaux des États-Unis; 4) Utiliser illégalement la carte de crédit de T , pour régler des prestations quelconques*. * Pour voir les preuves, voir l’Ordre judiciaire de Sosbee, page A-26 (cliquer ici).

—Manipuler la voiture de T au maximum, surtout dans le cadre de la technique des réponses conditionnées : Manipuler le tableau de contrôle électronique des températures, de sorte qu’un ajustement par T à 60 degrés soit réinitialisé pour afficher 90 degrés, et de sorte qu’un ajustement manuel par T à “off” soit réinitialisé pour afficher Bas, Moyen, ou Haut, selon le niveau du châtiment que T peut espérer recevoir bientôt.

—Rendre hors d’usage la voiture de T en lacérant les pneus, en les faisant dégonfler et sortir du cercle de la roue; placer de l’eau dans le réservoir d’essence; allumer les feux de stationnement de la voiture ou les lumières intérieures; remplacer les nouveaux fusibles et ampoules par des fusibles usés et des ampoules grillées. (Cliquez Ici Pour les Rapports de Police.Voir également la page A26 de l’ordre judiciaire pour le rapport de la police sur les lacérations des pneus).

—Menacer T régulièrement, en plaçant morceaux de pare-brise cassé, sur le siège du conducteur de sa voiture et réinitialiser plusieurs fois le panneau d’affichage de températures, pour avoir 90 degrés et “High”; envoyer des collaborateurs pour continuer la conversation à la portée de l’oreille de T, de telle sorte qu’ils puissent parler d’ incitations au suicide (ou d’autres alternatives); envoyer des collaborateurs pour faire des demis-tours brusques, les feux de détresse allumés.

—Arrêter les hostilités un jour ou deux, pour éviter l’accoutumance (défense psychologique). La pression implacable et insidieuse faite sur T par ses bourreaux , de façon générale, fonctionne à merveille, tant et si bien que T est épuisé de devoir constamment être sur le qui-vive, devant les tactiques multiples et multiformes utilisées contre lui, jour et nuit. Cependant, avec chaque nouvelle torsion des actions du terroriste, T reste convaincu que les malfaiteurs de ce monde sont purement des représentants déboussolés d’une espèce (du reste, noble) d’ habitants de cette bonne terre et que la clef vitale de notre survie individuelle et collective ainsi que de notre prospérité est notre capacité à reconnaître et à affronter les défis physiques et intellectuels , qui nous sont présentés, pour une éventuelle résolution. J’espère que cette information pourra contribuer à sauver la vie de personnes-victimes qui, quelle que soit la gravité des attaques qu’elles subissent, nous sont également indispensables.

Bien sincèrement

Geral Sosbee

*Note: destruction de biens : les biens sont détruits, mais non jusqu’au point d’être un acte de vandalisme pour l’entourage. Cette technique, appelée “gaslighting”, se réfère à une forme de vengeance subtile (décrite dans une revue de livres d’ Eleanor White) et a pour but de provoquer, au fil du temps, chez l’individu pris pour cible, une accumulation de petites dépenses ainsi que des sentiments d’insécurité et de doute sur lui-même qui vont le miner psychologiquement.

_______________________________________

 

2. Témoignage de Tara Potter devant notaire

http://mcvictimsworld.ning.com/profiles/blogs/from-tara-potter-who-was-in?xgs=1  ==> INVALID LINK

http://asianvictimsassociation.ning.com/profiles/blogs/from-tara-potter-who-was-in?xgs=1  ==> Original version in English

 

Traduit de l’anglais par Rudy Andria

Déclaration devant notaire de Tara Potter des Forces Spéciales de l’Armée Américaine.

Le 13 août 2009

À qui de droit

En 1977 et 1978, j’ai été mandatée avec une équipe des Forces Spéciales De L’armée Américaine, apparemment pour abattre le régime sanguinaire d’Idi Amin. Nous avons perdu l’élément surprise, et ainsi, nous n’avons pas réalisé cette partie de notre mission. Durant notre séjour, il nous fut également demandé de distribuer un “nouveau vaccin miracle de sauvetage”. Nos supérieurs étaient vagues en ce qui concerne la maladie ou les maladies que ce vaccin devait prévenir. Le protocole final consistait à vacciner un petit groupe de personnes, puis attendre 48 heures pour observer toute contre-réaction, avant de procéder à une vaste distribution du vaccin. En toute bonne foi et persuadés que le vaccin était sans risque, nous avions vacciné l’intégralité de notre groupe, donc, j’y étais incluse. Passées 48 heures, en l’espace de deux jours, je crois que nous avions eu entre 2000 à 3000 personnes de vaccinées. Dix-huit mois après la distribution du vaccin, nous avions découvert que 85 % des personnes vaccinées étaient mortes d’une nouvelle maladie terrifiante qui sera vite dénommée sous le sigle SIDA. La majorité des personnes blanches de notre groupe sont devenues séropositives, mais survivent encore , à l’heure actuelle. J’ai l’intime conviction que la CIA a atteint son but déclaré (dans les documents classés secrets, mais divulgués plus tard) de créer un pathogène mortel , surtout pour les gens de couleur. Nous estimons, par ailleurs, que la CIA a utilisé notre équipe, sans notre consentement, comme un pion sur l’échiquier dans un effroyable acte de génocide contre le peuple innocent de l’Afrique. Je jure solennellement que la présente déclaration est véridique et exacte pour autant que je sache, et je suis disposée à assumer la responsabilité de l’exactitude de ces déclarations, sous peine de parjure, devant un tribunal, devant le Congrès, aux Nations Unies ou devant un tribunal international. Il s’agit d’un crime de lèse humanité d’une ampleur inimaginable et je demande que justice soit faite.

Tara Potter alias Ariel Felice Phillips alias Suzanne Campbell

+ Signature de Diane K. Hendrickson, Notaire, Minnesota. 17 Août 2009

________________________________________

3.Témoignage de Janet Creswell

Please see the English version in here ==>https://rudy2.wordpress.com/is-there-a-contract-on-your-life-janet-creswell-englishespanolfrancais/

Traduit de l’anglais par Rudy Andria

Y A-T-IL UN CONTRAT SUR VOTRE VIE ?

Dans le débat sur les circonstances de la vie des victimes, il manque l’élément financier. Dans le monde occidental, la plupart des membres des groupes de harcèlement organisé et d’agression par des fréquences électroniques font déja partie du personnel public, d’une manière ou d’une autre. Ils peuvent être employés ministériels ou exerçant dans des organismes chargés de faire respecter la loi, dans le secteur de la défense ou de la médecine. Beaucoup d’autres civils impliqués dans la pratique de la persécution ou du harcèlement organisé bénéficient des prestations sociales, en qualité de retraités, de demandeurs d’emploi, de handicapés mentaux ou autres. Les victimes elles-mêmes ont tout juste de quoi subsister, puisque toutes ressources financières leur sont supprimées et elles souffrent d’un appauvrissement délibéré et persistant. Néanmoins, pour certaines victimes, il est un domaine dans lequel on continue à évaluer la vie en termes d’argent en quantité considérable et c’est celui de l’assurance-vie. Les victimes peuvent , à leur insu, figurer sur des polices d’assurance-vie souscrites par des sociétés, par qui elles sont actuellement employées ou qu’elles ont quittées il y a plusieurs années. Dans le secteur des assurances-vie, on désigne communément les polices sous le terme “Dead Peasant Policies”. Un terme qui convient parfaitement aux circonstances de la vie d’une victime. Le terme politiquement correct est “Corporate-Owned Life Insurance” ou COLI (en gros, “assurances-vie appartenant à des sociétés). Les polices d’assurance COLI sont souscrites par des sociétés,sur la vie de milliers de leurs employés, généralement, à l’insu de ces employés et sans leur consentement. Les polices d’assurance peuvent rester en vigueur, pendant longtemps encore après le départ des employés. L’existence de n’importe quelle police d’assurance-vie identifiera ceux qui sont en instance de recevoir leur capital-décès. Les bénéficiaires financiers du décès d’une victime peuvent très bien être les tortionnaires responsables de la mort de cette victime. Les victimes doivent effectuer des recherches visant à savoir si une police d’assurance-vie a été souscrite en leurs noms, soit par un particulier soit par une société. Vu que les victimes sont, chacune,en train de subir des tortures par des radiations et par des fréquences électroniques spécifiques, leur espérance de vie est considérablement réduite. La date de leur décès peut aussi avoir été déterminée par leurs tortionnaires. Vu que chaque victime est sous surveillance 24h/24 et 7 jours/7, la date de son décès sera connue des tortionnaires, et de ce fait, contribuera rapidement à des revendications au capital-décès. Il a été estimé qu’un quart des 500 sociétés de la revue Fortune ont des polices d’assurance-vie du type COLI, qui couvrent la vie de près de 5 millions d’employés. J’étais d’abord employée par TERADA lorsqu’elle faisait partie de AT&T et puis quand elle passa chez NCR. AT&T et NCR souscrivirent, toutes les deux, régulièrement, à des polices d’assurance-vie “Corporate-Owned” sur la vie des employés. Lorsque j’ai démissionné de mon emploi chez NCR TERADA en août 2002, il m’a été notifié que, je cite: “Notre point de vue et le vôtre sur Big Brother ne s’accordent pas. Vous serez harcelée pour le restant de votre vie.” Depuis lors, je suis agressée biologiquement, chimiquement,électroniquement, financièrement, physiquement et verbalement en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Inde, en France et au Royaume-Uni. Depuis ce moment-là, je suis sous surveillance 24h/24, 7 jours/7 et je subis continuellement des dégâts matériels et l’invasion, la destruction et le vol de mes biens. On m’a fait, à mon insu, des injections, on m’a droguée, violée, opérée. On m’a enregistrée, photographiée et filmée. C’est donc une insulte de plus que de découvrir que mes anciens employeurs ont un contrat, voire des contrats, sur ma vie et qu’ils amasseront, sans que personne ne le sache, des centaines de milliers de dollars, après ma mort.

Janet Creswell

Written by rudy2

September 30, 2009 at 18:35

3 Responses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Ces pratiques existent en France depuis le début des années 90 (importées non seulement des Etats unis car très utilisées par la CIA, elles le sont toutes autant dans les pays d’Europe de l’Est, en URSS (FSB ainsi que leur marine), et en Asie (beaucoup de témoignages d’individus travaillant dans des structures liées principalement aux télécommunications et aux infrastructures).
    En France, sont concernés principalement des intervenants travaillant officiellement au Ministère de l’Intérieur auprès des cellules d’écoutes (toujours existantes) mais aussi des militaires à la retraite.
    C’est classé secret d’état / secret défense mais je le divulgue puisque dans l’anonymat -> un site ou une multitude de ces individus NEFASTES intervient sont les bureaux de la colline (St Cloud).
    Ces individus sont des déchets de la nation, des râtés qui moyennant 2K€ par mois se lâchent totalement et insultent (cherchent à humilier) des individus qui sont souvent des intellectuels, ingénieurs supérieurs qu’ils désirent isoler).

    unknown qui vs veut du bien

    January 13, 2011 at 02:26

  2. Comment j’aimerai savoir où sont cachés ces lâches que j’appelle voice to skull et faire payer chèrement à quelques gangstalkers…

    Clone

    June 16, 2015 at 20:11


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s